logo-tapuscrits

facebooktweeterpinterestinstagram
Site sécurisé par Gandi contact connexion cgu-cgv aide
» 

Notre boutique de livres

Les livres d'occasions sont uniquement vendus sur place.

864 références au catalogue.

commander
En stock 1
Sur place uniquement
1.50 € TTC
jaquette
Occasion : Les Editions de Minuit
01/1973
148 pages - au format 140 x 205

India song

Marguerite Duras

C'est l'histoire d'un amour, vécu aux Indes, dans les années 30, dans une ville surpeuplée des bords du Gange. Deux jours de cette histoire sont ici évoqués. La saison est celle de la mousson d'été. Des VOIX - sans visage - au nombre de quatre (voix de deux jeunes femmes, d'une part, et voix de deux hommes, d'autre part) parlent de cette histoire. L'histoire de cet amour, les VOIX l'ont sue, ou lue, il y a longtemps. Certaines s'en souviennent mieux que d'autres. Mais aucune ne s'en souvient tout à fait et aucune, non plus, ne l'a tout à fait oubliée. On ne sait à aucun moment qui sont ces VOIX. L'histoire évoquée est une histoire d'amour immobilisée dans la culminance de la passion. Autour d'elle, une autre histoire, celle de l'horreur - famine et lèpre mêlées dans l'humidité pestilentielle de la mousson - immobilisée elle aussi dans un paroxysme quotidien. La femme, maintenant morte - sa tombe est au cimetière anglais de CaLcutta -, est comme née de cette horreur. Elle se tient au milieu d'elle avec une grâce que les VOIX essaient, précisément, de revoir. Grâce poreuse, dangereuse, et dangereuse aussi pour certaines VOIX.

commander
En stock 1
Sur place uniquement
1.50 € TTC
jaquette
Occasion : Les Editions de Minuit
01/1973
194 pages - au format 135 x 195

Nathalie Granger suivie de La femme du Gange

Marguerite Duras

Nathalie Granger est le titre d'un film que Marguerite Duras a tourné en avril 1972 dans un village des Yvelines. Le texte publié en volume en est le scénario : minutieuse description des mouvements de caméra, rares dialogues, indications d'atmosphère. Il ne se passe rien, pourrait-on croire, dans la maison isolée en bordure d'un parc, en cette journée de printemps humide et blanche. Deux femmes vont et viennent, elles s'occupent du ménage, de la vaisselle, elles attendent. La violence, néanmoins, habite le silence, le calme artificiel des heures. Nul dénouement : une attente indéfiniment suspendue. Et l'impression, à la fin, d'un univers hanté, celui-là même que Marguerite Duras, de livre en film, s'emploie à restituer.

commander
En stock 1
Sur place uniquement
1.00 € TTC
jaquette
Occasion : Jean-Jacques Pauvert
01/1973
126 pages - au format 110X180

Ma mère

Georges Bataille

Pierre raconte comment, après une enfance religieuse, il fut, à l'âge de dix-sept ans, initié à la perversion par sa mère. Plongeant grâce à elle dans l'orgie et la débauche, il découvre l'extase de la perdition où se mêlent l'angoisse, la honte, la jouissance, le dégoût et le respect.

commander
En stock 1
Sur place uniquement
1.00 € TTC
jaquette
Occasion : Le Livre de Poche
ISBN 9782253002871 - 01/1973
192 pages - au format 110x180

Le Noeud de vipères

François Mauriac

Vieil avare qui veut se venger des siens en les déshéritant, Louis se justifie dans une sorte de confession qu'il destine à sa femme : elle le précède dans la mort. Dépossédé de sa haine et détaché de ses biens, cet anticlérical sera touché par la lumière in articulo mortis.

commander
En stock 0
Sur place uniquement
0.50 € TTC
jaquette
Occasion : Univers des lettres / Bordas
01/1973
128 pages - au format 16,8 x 11

Phèdre

Jean Racine

Phèdre, ce chef-d'oeuvre incontestable, pense-t-on encore qu'il n'en fut pas de plus contesté que celui-là ? « Faire un inceste en plein théâtre ! » s'indigne Pradon, rival malheureux de Racine devant la postérité. Phèdre « n'est ni tout à fait coupable ni tout à fait innocente », proteste l'auteur. Car elle est tout entière habitée par cette passion - sourde, aveugle, déraisonnable, exacerbée par sa déraison même - qu'elle entretient pour Hippolyte, passion qui ne peut mourir et ne mourra qu'avec elle. Fait étrange, c'est cette même année 1677 que Racine, ayant porté à son paroxysme de grandeur et de violence l'amour qu'un être humain peut nourrir pour son semblable, se tourne vers l'amour de Dieu.